FR EN NL

Chasseur de prime

Les chasseurs de prime

26ème journée de Mortal 497

Caravane Havre-Vif

Récit de Fenn, retranscrit par Patte-de-Mouche.

“Vous me faites doucement rigoler, bande d’idiots, à ne pas accepter la monnaie de l’Empire. Vous imaginez peut-être renverser l’économie en vous échangeant des pommades et des fromages ? Moi non plus, ça ne m’emballe pas de devoir faire profil bas devant ceux-qui-sont-morts, mais c’est comme ça que le monde fonctionne. Et vous ressassez le passé sans arrêt !

Ma grand-mère AUSSI, elle en avait des histoires où les vivants n’étaient pas des citoyens de seconde zone et où “chaque homme vaillant trouvait dieu à son coeur” comme elle disait. Mais de ma vie je n’ai vu un seul homme qui ne craignait pas les morts. Il n’empêche que je me demande comment vous faites pour vous passer de monnaie, pourtant vous devez bien faire du vrai commerce avec vos chariots qui dégueulent de bibelots. Après, c’est vrai que je suis plus doué pour dépenser l’argent que pour le gagner. Mais j’arrive à m’en sortir. Et puis l’Empire à la main lourde avec les avis de recherche, alors il y a toujours du boulot.

Hey, il ne faut pas croire que parce que je suis payé par les morts, je n’ai plus de coeur. On le sait tous que ça n’est pas l’ordre des choses, mais tant que les hommes mourront plus vite que ce que les femmes accouchent, c’est une guerre perdue d’avance… On finit tous par rejoindre les morts alors pourquoi ne pas le faire de son vivant ?

Faut pas t’en étonner de ce que je dis, petit. Avoue que vous avez du mal à vous rentrer la réalité dans la tête. Cette guerre, elle a été perdue par des gens qui sont tous morts il y a longtemps. Et ce sont parfois ces mêmes gens qui s’assurent maintenant que personne ne vienne jamais contester la victoire de l’Empire. Alors oublie ta vie de clochard. Les principes, ça ne nourrit pas un homme. C’est un conseil que tu peux noter dans ton bouquin.

Si tu veux, tu peux bosser avec moi ! Mais il faudrait que tu arrêtes d’être trop regardant à qui te paie. Va bien falloir serrer la main de quelques cadavres avant d’avoir ton laissez-passer de chasseur de primes. Sans ça, tu pourras jamais te faire payer, même si tu leur livres une centaine d’elfes enchaînés !

Pas de laissez-passer, pas de primes ! Et même si on vit dans l’Empire d’OR, c’est pas pour autant que les morts le lâchent facilement l’or en question. Mais si tu fais le boulot dans les règles, t’auras toujours de quoi bouffer.

Maintenant, je vais pas te mentir, je te comprends… Il m’arrive aussi de faire des recherches plus “privées”, justement pour les nomades comme vous. Calme tes ardeurs tout de suite, ça n’est pas la “résistance”, si tant est qu’elle existe. C’est juste des gens qui, comme vous, ont du mal à vivre avec les morts et qui crapahutent sur les routes pour les croiser le moins possible. En général, ils cherchent des membres de leur famille ou des gens qui ont des dettes… rien de passionnant au final.

Je me doute que tu envies pas plus ma vie que je n’envie la tienne… Mais y'a toujours moyen de s’en sortir petit.

Par contre, trouvez-vous un laissez-passer, bon dieu ! Vous ne pouvez pas continuer la route comme ça parce ce que les attaques de brigands et les prédateurs nocturnes c’est une chose, mais si les troupes de l’Empire t’attrapent à vagabonder avec de la marchandise sans laissez-passer… Tu risques de vite te retrouver toi-même en patrouilleur mort-sur-pattes !

Je devrais pas dire ce genre de truc ici, j’veux pas d’ennui… J’ai un peu trop bu gamin. Ecoute, si tu veux toujours une histoire de chasseur de primes pour ton livre, vient me réveiller demain matin. En attendant moi je vais faire le mort une petite nuit...”