FR EN NL

Les anciens dieux

Même si leur culte est officiellement interdit par l’Empire d’Or, les Anciens Dieux ont marqué d’une telle empreinte le monde de Tanak qu’ils restent connus de nombreuses personnes et même vénérés en secret par certains. De nombreux vestiges témoignent encore de leur gloire passée.

Anouk et Esuin

Anouk et Esuin

Représentation :
Un métier à tisser sur lequel un ouvrage est en cours.

Actions :
Etrangement, le culte d’Anouk et Esuin n’a pris son essor que peu après la chute d’Harapan. Alors que tous les croyants perdaient espoir, une rumeur a rapidement enflé en redonnant courage : les Dieux ne seraient pas tous partis ! Anouk et Esuin, les déesses jumelles du Temps et de l’Espace seraient toujours là, au cœur des Dédales du Destin qui ne s’ouvrent qu’aux plus braves et fervents…

Sentences :
Toute phrase commençant par « En tous temps et en tous lieux,… » peut être un hommage discret rendu aux déesses jumelles.

Fidèles :
Les rebelles à l’Empire d’Or, souvent des personnes trop jeunes que pour avoir connu l’époque des Cérémonies des Reliques. Une certaine nostalgie de ces temps passés magnifiés par le bouche à oreille anime tous les adeptes d’Anouk et Esuin. Pour la nouvelle génération, le culte d’Anouk et Esuin est devenu, par extension, le culte de l’ensemble des « Anciens Dieux » bien que la plupart ne sachent très bien desquels il s’agit exactement.

Caran

Caran

Représentation :
Un vieillard en robe portant un bouc long et pointu. Son symbole est un triangle sur sa base devant un marteau.

Actions :
Le devoir du fidèle de Caran est de veiller à ce que tout soit juste et en accord avec la justice de Caran, il faut être toujours attentif aux manifestations du mal, qui peuvent prendre bien des formes, les débusquer, les pourchasser.

Il existe une hiérarchie bien structurée dans le clergé et tout le monde se doit de la respecter. Le groupe le plus particulier lié au culte de Caran est la caste des « désigneurs ». Ceux-ci, imprégnés de l’essence même de Caran sont capables au premier coup d’oeil de voir si la personne est juste ou non. Ces prêtres sont le squelette de l’Eglise de Caran puisqu’ils sont les seuls à pouvoir désigner les futurs prêtres et paladins du culte. Nul ne peut remettre leur parole en doute puisqu’ils sont une émanation de Caran. Les paladins font tous partie de l’inquisition et combattront toute injustice au péril de leur vie s’il le faut. Les prêtres se feront un devoir d’abattre toute menace au nom du Vrai Dieu, en employant les moyens appropriés et les pouvoirs mystiques conférés par Caran.

Inlassablement, il faut répéter la doctrine de Caran et la répandre parmi les païens, malheur à eux s’ils ne l’entendent pas. Le vassal maltraité par son suzerain et qui pourtant lui reste fidèle, est un exemple de conduite honorable et édifiante que les prêtres lors des sermons.

Sentences :
« La pitié n’est que justice amputée. »

« Où règne la justice, c’est à la liberté d’obéir. »

« Quand on a pour soi la justice divine, celle des hommes est inutile. »

« Il est plus difficile de conserver des provinces que de les conquérir : la force soumet ; la justice garde. »

Fidèles :
Les gens austères, honorables, les persécutés, toute personne tenant un tant soi peu à sa vie si ce culte est influent dans la région. La majorité des adeptes font partie de la classe dirigeante ou de la classe aisée.

Farwan

Farwan

Représentation :
Son apparence est inconnue, on le représente par son animal messager qui est la chouette. Son symbole est un cercle dans lequel 3 points sont placés de manière équidistante.

Actions :
Les fidèles de Farwan se doivent de rechercher et de professer la vérité en toutes circonstances. Instruire et s’instruire sont des buts en soi et une priorité pour tous, c’est le moyen par excellence de monter dans la hiérarchie du culte et de gagner le respect. Comme l’instruction n’est pas toujours aisée à organiser dans les lieux les plus reculés, l’illettré peut se rendre utile en rendant des services tels que l’entretien des livres et écrits divers, l’organisation des lieux d’érudition ou des hôpitaux. Les plus connus des adeptes de Farwan sont souvent les conseillers de nobles ou des diplomates (quoique leur obligation de vérité puisse être parfois un frein à cette profession). Tout nouvel adepte de Farwan doit passer par des étapes obligatoires pour parvenir à gagner sa profession de foi. Cela comprends les voyages dans des contrées qui leur sont inconnues, l’écriture d’ouvrages pour les lettrés, les découvertes dans des matières telles que la géographie, les sciences, la médecine, l‘alchimie…

Sentences :
« Les pouvoirs conquis par la connaissance sont plus étendus que la connaissance elle-même. »

« Les connaissances qu’on a cherchées restent, celles qu’on n’a pas cherchées se perdent. »

« Si vous ne pouvez être des saints de la connaissance, soyez-en au moins les guerriers. »

Fidèles :
Les savants sont les principaux soutiens de Farwan, ainsi que certains bourgeois épris de culture, et bien sûr les magiciens qui ont du sentiment religieux.

Fortuna et Azar

Fortuna et Azar

Représentation :
Une pleine lune coupée en deux pour donner deux moitiés égales : l’une, claire, symbolise Fortuna, l’autre, sombre, symbolise Azar.

Actions :
Fortuna et Azar, dieux tutélaires de la Sérénissime, sont les deux facettes d’une même entité. Hors de la Sérénissime, ils sont souvent considérés comme des dieux distincts. Ils symbolisent respectivement la bonne et la mauvaise fortune, la chance et la malchance, la vérité et le mensonge, et même parfois l’ordre et le désordre, la lumière et l’obscurité, etc. Ces oppositions ne sont pas en équilibre, mais en perpétuelle alternance, comme le symbolisent les phases de la lune.

Sentences :
« Fortuna n’embrasse personne tous les jours. »

« C'est Azar ou jamais. »

« Quels que soient les outils que t’ont donnés Fortuna et Azar, tu es le premier artisan de ton destin. »

« T’es né sous Fortuna toi ! »

Fidèles :
Marchands, voyageurs, aventuriers... Tout le monde ou presque, un jour ou l’autre...

Garlock

Garlock

Représentation :
Il a l’apparence d’un orc borgne incroyablement grand et musclé à la peau sombre et sale et à l’oeil d’un vert terne. Ses armes sont le cimeterre et la lance. Son animal est le sanglier.

Actions :
Agir avant de réfléchir, voici ce que Garlock préconise et apprécie. L’objectif de survie ne peut être atteint que par cela. Si on est fort, il ne faut pas hésiter à écraser les faibles. Cela n’empêche que chaque groupe doit rester soudé sous les ordres du chef, du puissant. Le moyen le plus aisé de récupérer des richesses, de la nourriture et de bien se faire voire par Garlock est de prendre aux peuples et aux tribus voisines. Les guerres intertribales sont un bon moyen d’éliminer les plus faibles.

Sentences :
« Les rouges sont plus rapides, ça tombe bien, c’est la couleur du sang. »

« Moi j’aime po parlé. »

Fidèles :
Les Peaux-Vertes et principalement les guerriers.

Grimm

Grimm

Représentation :
Un nain à la barbe blonde aux yeux bleus vifs, protecteur et encourageant. D'une main, il tient toujours un objet dont celui qui le voit a besoin.

Actions :
Grimm veille sur tous ses fils et les aide comme il le peut quand ils le demandent. Il aime à ce qu’ils le remercient pour l'inspiration qu'il leur donne dans leurs rêves mais aussi quand ils dédient un chef-d'oeuvre à son nom. Peu d’autres peuples révèrent ce dieu du Panthéon mais il écoute parfois les demandes de ceux qui s'adressent à lui si le but de ce qu'ils demandent lui semble novateur ou intéressant.

Sentences :
« Remercions Grimm-le-Tailleur de nous avoir donné l'inspiration nécessaire à créer ces inventions ! »

« Les bons comptes font les bons amis ... ou les meilleurs ennemis...».

« Buvons à la santé de Grimm notre père ! »

Fidèles :
Tous les nains prient Grimm, car il est leur père. Des elfes et même d'autres créatures le prient aussi quand le besoin d'ingéniosité se fait ressentir.

Grozbi

Grozbi

Représentation :
Un petit homme rondelet au crâne luisant et cornu ainsi qu'aux jambes velues assis en tailleur et toujours souriant.

Actions :
Le fidèle de Grozbi est plutôt occasionel. Confronté à ses faiblesses, surtout à l’époque du grand rassemblement, il fait une offrande à Grozbi pour se purifier, et repart le coeur léger. Le plus généralement, le fidèle murmure une demande de pardon à l’oreille d’une statue de Grozbi, jette une draguelle dans le tronc, se purifie les mains ou la face avec de l’eau fraîche ou se purifie aux volutes d’encens consacré.

Quand il s’agit de tourments plus violents ou profonds, un prêtre est nécessaire, qui, selon la voie qu’il représente (purification, rédemption ou acceptation), agira en conséquence. Le fidèle repentant pourra se voir proposer un acte de contrition plus ou moins important (purification), un sévère programme de rédemption (rédemption), ou des exercices d’immersion volontaire dans sa faiblesse (acceptation).

Sentences :
« Si tu ne peux résister, au moins profites-en ! »

« Au diable l'avarice».

« Ah, tu as encore cédé… dépose ici ton offrande, et trouve le pardon »

Entre une goulée d’hydromel et un baiser à une prostituée : « Grozbi me pardonne ! ». Ou encore : « Oh ! oui ! Grozbi ! ». Parfois : « Eviv Ibzorg ! »

Fidèles :
La plupart des croyants de Grozbi sont des pèlerins, d’une des races mortelles de Tanak (pas seulement des humains). Le pèlerin typique se débat dans les affres de ses faiblesses quotidiennes : Jalousie, colère, jeu, luxure, peu importe, elles le/la mènent à commettre des actes qu’il/elle regrette ou le/la fait se sentir mal. Il vient chercher auprès de Grozbi le réconfort du pardon, se laver de ses souillures et souffrances, pour s’en retourner l’âme en paix vers son foyer.

C’est lors du rassemblement annuel des caravanes que les pèlerins se retournent sur l’année écoulée, et se rendent compte de leurs faiblesses… surtout que ce ne sont pas les tentations qui manquent : auberges, tripots, vol à la tire, belles femmes, beaux objets, etc etc…Ainsi, le fidèle de Grozbi n’a de fidèle que le nom, il est plus souvent un fidèle de circonstance. Mais Grozbi n’en a cure, Grozbi accorde son pardon et sa purification, du moment que vient l’offrande.

Hilduin

Hilduin

Représentation :
Son animal est le Renard, il est représenté par une étoile à 4 branches.

Actions :
Le fidèle d’Hilduin est au service de la vie. Pas en tant que protecteur ou guérisseur mais en tant que gardien de la création d’Hilduin, gardien de Tanak et surtout des pierres de vie qui sont le chef d’œuvre créateur d’Hilduin. Le travail sur l’intelligence, la méditation et la recherche philosophique aidant à conserver ou à renforcer le souffle de vie qui est en chacun de nous est la préoccupation principale des adeptes sérieux.

Les adeptes les plus importants et les plus actifs finiront comme gardiens des pierres.

Sentences :
« La seule justification réelle de la vie est la vie elle-même. »

« Vous quittez les philosophades, vous entrez dans la philosophie quand vous avez admis que le but de la vie est la vie. »

« Ce qu’il y a de plus beau dans la vie, et dans toute espèce de vie, c’est sa continuité. »

Fidèles :
Toute personne pensante devrait prier une fois de temps en temps Hilduin pour espérer ne jamais mourir. Les philosophes, les penseurs et certains ingénieurs ou inventeurs sont des fidèles récurrents. Les personnes âgées prient plus régulièrement Hilduin pour faire reculer l’échéance ainsi que les malades atteints gravement.

Khiméras

Khiméras

Représentation :
Trois vieilles femmes décharnées et vêtues de haillons, l’une à tête de dragon, une autre à tête de chèvre et une à tête de panthère.

Actions :
Les rares adeptes qui vénèrent secrètement Khiméras lui offrent des sacrifices sanglants dans des lieux isolés. Elle est vénérée pour son emprise sur les bêtes sauvages et ses talents de divination. Ses fidèles la prient également pour qu’elle leur offre une vie meilleure, à l’image de leur ambition.

Sentences :
« Le sage guérit de l'ambition par l'ambition même. »

« Peu importe les moyens, seul compte le résultat ! »

« Ne renie pas tes instincts primaires, ce sont tes meilleurs conseillers. »

Fidèles :
Les fidèles de Khiméras n’hésitent pas à laisser court à leurs instincts les plus primaires, les plus bestiaux. A ce titre, de nombreux hommes-bêtes vénèrent la déesse aux trois visages. Les fidèles de Khiméras sont des êtres ambitieux qui feront tout pour arriver à leur fin. Ils sont prêts à commettre les pires exactions, à se vendre corps et âme pour une vie meilleure.

Myrn

Myrn

Représentation :
Un homme d’âge mûr solidement bâti, torse nu et ayant une barbe fleurie, au sens propre comme littéral. Son symbole est composé de trois anneaux disposés en triangle. Son arme de prédilection est le bâton de guerre. Ses animaux symboliques sont le coyote et le lapin.

Actions :
Le fidèle de Myrn, s’il veut être entendu, doit faire preuve de générosité envers son prêtre. Les prêtres de Myrn ne se privent pas d’inciter les adeptes à faire des dons fréquents et importants. Myrn est en outre dieu de la nature et de la fertilité, celles qui peinent à enfanter tournent naturellement leurs prières et leurs offrandes vers lui. Myrn n’est pas bien difficile à contenter et ce qu’il a à offrir est apprécié partout, c’est ce qui lui attire une très large audience populaire. Une des faces de Myrn est le commerce, qu’il faut faire fructifier sans honte.

Sentences :
« Pour avoir Myrn favorable dans l’adversité, il faut l’invoquer dans la prospérité. »

« La prospérité est un état qui ne connaît pas le repos. »

« On ne peut pas fonder la prospérité des uns sur la misère des autres. »

Fidèles :
Bourgeois, commerçants et paysans rendent culte à Myrn. Nul besoin d’être un fidèle régulier pour demander les faveurs du dieu, qui apprécie les contributions (de préférence en nature) d’où qu’elles viennent. Druides, paysans, marchands et parfois barbares lui seront assidus, mais tous pourront lui adresser un menu don afin qu’il favorise leur entreprise. C’est également un dieu qui était apprécié à la Sérénissime et dans les cités marchandes.

Myrn le Cadet

Myrn le Cadet

Représentation :
Un jeune homme maigre et souriant portant un grand arc. Son symbole est un médaillon en forme de fiole. Son animal est le chat.

Actions :
Selon qu'il vénère Myrn le Cadet pour en obtenir vengeance ou pour s’enrichir, le fidèle devra faire des sacrifices d'animaux volés plus ou moins importants selon le résultat visé. Les prêtres officiels n'en diront jamais rien, bien sûr, mais si le résultat visé est très ambitieux, le fidèle comprend vite ce qu'il lui reste à faire.

Le dieu est parfois si en colère qu'il lui arrive de soutenir en même temps deux partis ennemis invoquant son nom, phénomène qui tempère quelque peu la dangerosité de ce culte à haute mortalité.

Tout don au culte doit être de préférence d’origine douteuse, le minimum est d’aller se fournir chez un receleur…

Sentences :
« Un œil pour un œil »

« Si ça se vole, c’est à toi »

« Si ça se tue, fais toi payer d’avance »

Fidèles :
Sans distinction de classe sociale, la plupart des gens ont tenté à un moment où à un autre d'en appeler à Myrn le Cadet pour un cas de vengeance, mais il faut être bien désespéré pour en faire son dieu principal. Toutefois l'iniquité du monde ne manquera jamais de lui amener un flot de fidèles à l'âme noire. Parmi les aventuriers, des barbares, des paladins déchus ou des nécromanciens seront particulièrement tentés par les avantages immédiats et brutaux qu'apporte le dieu.

Oraniel

Oraniel

Représentation :
Une elfe aux yeux vert intense.

Actions :
Le fidèle d’Oraniel peut lui rendre grâce de nombreuses façons mais la plus courante est de laisser des offrandes telles que des fruits sur des autels que le petit peuple prend généralement pour se nourrir. Ces autels se trouvent un peu partout, car leur forme importe peu, allant de la simple écorce au pied d’un arbre à un autel fastueux dans une cité elfique. Elle apprécie aussi que son nom soit mentionné lors de rituels ou lancers de sorts difficiles car c’est en partie grâce à elle que les flux magiques sont utilisables par tous. Elle aime être mentionnée lors des représentations des bardes et artistes.

Sentences :
« Que cette offrande atteigne l’esprit d’Oraniel et que la nature soit clémente avec nous. »

Fidèles :
Les elfes sont les premiers à la révérer souvent, dans leur vie quotidienne, comme le petit peuple ou les gens vivant dans les zones forestières. Les artistes et tisseurs aussi la remercient pour ce qu’elle leur a apporté mais pas avec autant de ferveur ni de conviction.

Saumure

Saumure

Représentation :
Une tortue. Son symbole est 4 jarres représentant les 4 points cardinaux.

Actions :
Le fidèle de Saumure se doit de faire preuve de sagesse, de prudence et de clairvoyance dans la conduite de son existence. Il s’attire les faveurs du dieu, et ses entreprises sont couronnées de succès. Il est bon par la suite qu’il fasse étalage de ses largesses, par des dons. S’enrichir par le travail n’est pas une honte et partager ses richesses est naturel.

Il est de bon aloi, avant de partir en mer, de faire une offrande pour attirer l’attention de Saumure et éviter les dangers. Car si la mer peut être généreuse, elle sait également se montrer impitoyable envers ceux qui ne la respectent pas. Nombreuses sont les personnes qui, parties explorer de nouvelles contrées en mer, ne sont jamais revenues. Cet aspect de découverte fait de Saumure la divinité liée à l’inconnu. Saumure est prié par les personnes en quête de découvertes et d’exploration. Par extrapolation, certains le considèrent également comme le protecteur des voyageurs.

Certaines personnes prennent des bains d’eau de mer quand ils sont malades ou s’immergent dans la mer pour se laver de leurs péchés. Ils considèrent que Saumure peut les guérir ou les purifier tout comme l’eau enlève la saleté.

Sentences :
« La mer est sans route, la mer est sans explication. »

« Elle va où bon lui semble, la mer. Peu importe, du moment qu’elle nous revienne. Parce que tout nous revient. A longueur de temps tout recommence, comme les marées. »

« La voix de la mer parle à l’âme. »

Fidèles :
Les marins, les voyageurs, une partie des paysans dont les récoltes dépendent beaucoup du temps, les malades, certains scientifiques.

Tcherno

Tcherno

Représentation :
Un dragon bipède sans ailes, un serpent, une page blanche avec une tache d’encre.

Actions :
Le fidèle de Tcherno se doit d’être curieux, tout est bon pour tenter un changement et tout changement est potentiellement un bond positif en avant. Tcherno préfère agir par l’intermédiaire de ses innombrables agents, les bestioles grouillantes, les germes, les champignons, les agents mutagènes que par lui-même. Toutefois, afin que son oeuvre soit plus efficace, il a laissé sur la terre de Tanak quelques puissants artefacts. Pour faire profession de foi, il faut procéder à une mutation personnelle qui mène souvent le fidèle à s’automutiler ou à tester des substances qui finiront par lui faire perdre l’esprit. D’autres préféreront le «désordre social» et donnent cours à leurs plus bas instincts tels que la nécrophilie, le cannibalisme et/ou toute autre perversion qui semblent complètement tabou au commun des habitants de Tanak.

Les mages seront attirés vers la construction de créatures composites, le contrôle et la perversion de l’esprit.

Chaque acte qui enlève quelque chose au fidèle est censé donner autre chose en contrepartie mais il n’est pas rare que l’on ne sente aucun changement positif. C’est que la transformation n’est pas radicale assez et donc qu’il en faut plus à Tcherno.

Sentences :
« Rien de banal ne germe dans cette tête, ce sera le génie du Mal ou le génie du Bien. »

« Je suis un autre. »

« Épuisons tous les poisons que nous avons en nous pour n’en garder que la quintessence. »

Fidèles :
Les désespérés, les incompris, les pauvres, les pervers, les malades mentaux, les paladins désabusés, créateurs et artistes tourmentés, mentalistes et autres dégénérés.

Valinoé

Valinoé

Représentation :
Souvent représentée comme une femme athlétique en cotte de mailles, les prêtres affirment que ce n’est qu’une représentation idéalisée qui n’a rien d’officiel. Ses animaux sont les félins, l’ours et le glouton. Son symbole est un triangle pointe vers le bas représenté par 6 disques.

Actions :
Quiconque attente à la nature de l’homme, que ce soit pour une bonne ou une mauvaise raison, est l’ennemi de Valinoé. Combattre de tels projets est un devoir sacré et tout fidèle doit s’y préparer par l’exercice physique, la pratique des arts martiaux et la connaissance des armes quelles qu’elles soient. Valinoé ne préconise pas la stupidité. Valinoé favorise l’étude de la magie de combat, pour peu qu’on n’en néglige pas sa forme physique... et qu’on mette promptement ses connaissances en pratique ! Celui qui agit vite et avec force a l’avantage sur celui qui réfléchit sans fin avant d’agir. Les connaissances stratégiques et l’histoire militaire ainsi que l'ingénierie de combat sont d’autres qualités particulièrement appréciées par la déesse et recherchées par son clergé. Mais une connaissance sans application est vaine et amollit le corps comme l’esprit. Bref, le fidèle de Valinoé se doit d’être toujours volontaire et jamais contemplatif. C’est en fréquentant les combats et les champs de bataille que les prêtres peuvent le plus vite acquérir leurs lettres de noblesse. Soigner les blessures de ses alliés et les infliger à ses ennemis sont des actions plaisantes aux yeux de Valinoé.

Connaitre son ennemi est également indispensable et Valinoé ne juge pas celui qui se servira de l’espionnage ou de la traîtrise tant que la solution se finalise au combat.

Sentences :
« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

« C’est bêtise de déprécier son ennemi avant le combat, et bassesse de l’amoindrir après la victoire. »

« Où la bataille est grande, la gloire l’est aussi. »

Fidèles :
Tous les combattants, gladiateurs et athlètes sont susceptibles d’être séduits par Valinoé, qui est aussi la déesse des marchands hardis et des nomades. Cette déesse promet son aide à celui qui prend des risques, ce qui plait surtout aux guerriers, aux duellistes et aux barbares.

Wuo-Long

Wuo-Long

Représentation :
Un énorme dragon vert (oriental) dont l'ampleur exacte est souvent cachée par des copieuses volutes de fumée verte. Il dégage une odeur nauséabonde. Ses parties génitales sont le sujet de moult spéculations théologiques et très souvent référencées dans les jurons propres au culte.

Actions :
Le fidèle de Wuo-Long jure abondamment de manière absurdement complexe et créative. Au plus le juron est long et alambiqué au plus il risque de plaire à Wuo-Long. Le fidèle n'utilise aucune parcimonie et n'hésite pas à monter le ton de manière complètement inappropriée pour pouvoir placer un bon juron.

Quand un fidèle entend une explosion il commence automatiquement à décompter (fort): "10...9...8...7...6...5...4...3...2...1 HAPPY NEW YEAR"

Au bout d'un certain temps d'acclimatation le vrai fidèle commence à parler la langue de Wan, aux tons si harmonieux qui roulent sur la langue.

Le fidèle de Wuo Long est (bien entendu) humble, il connaît sa place dans l'ordre divin. Il est obéissant. Il est fayot et n'hésite pas à en remettre une triple épaisseur quand il s'agit de donner un titre honorifique.

Sentences :
« ALE YOU LOOKING FOL TLOUUUUBLEEEE ???!!!! »

« You ale not even wolthy to lick the lancid fluids leaking flom the belly of the unwolthy dog suckling on the putlescent pimple on the Gleat Dlagon's left testicle, like a malvelous teat !!! »

« Oh solly, solly, I know nothiiiing I'm just a little man flom Wan ... »

Fidèles :
Wuo-Long attire un nombre fort varié d'adorateurs, allant de sectes draconiques diverses et variées, d'indécis attirés (et endoctrinés) par le côté festif des rituels du culte aux fanatiques qui se font vider spirituellement et se font enfiler par Wuo-Long comme un gant. Avant toute chose Wuo-Long représente la transcendance et attire donc des fidèles décidés à ne pas se contenter de leur place dans la trame du Destin.