FR EN NL

Le passé

Je suis las d’entendre encore de nos jours des gens qui parlent du “temps d’avant” comme s' ils y étaient. Sur la route on en croise beaucoup de gens qui font tout ce qu’ils peuvent pour donner l’impression que la libération d’Harapan date de la semaine dernière. Comme si le sujet était encore chaud. D’ailleurs les plus stupides, après avoir regardé par dessus leur épaule, appelleront même ça “la chute” d’Harapan. En tant qu’historien impérial je comprends la fascination qu’on peut avoir pour le passé, mais vouloir le croire encore vivant, selon moi, tient du blasphème, et vouloir garder vivant ce souvenir hérétique encore plus. Accepter la mort me semble être la base nécessaire au philosophisme du Prophète.

D’autant que ces analphabètes vous parlerons probablement de la bataille d’Harapan comme d’un combat glorieux et de ses défenseurs comme des héros tombés qui s’étaient simplement fait embrouiller la tête par les faux-dieux. La vérité c’est que cette bataille était bien moindre que ce qu’elle aurait dû être et que la meilleure ruse des faux-dieux fut de faire croire aux harapans que les légions impériales n’étaient qu’une nuisance de plus à leur porte. Trop confiants, la majeure partie d’entre eux est restée à la taverne ou à tenir leurs échoppes tandis que quelques vaillants mouraient à leur place. C’est donc la bataille qui est venue à eux après que les armées impériales ont eu fait tomber les portes de la ville. Que ceux qui veulent parler du passé ouvrent l’un des nombreux ouvrages que nous produisons à la capitale sur le sujet. S' ils ont faim de récit de batailles, qu’ils se tiennent donc au courant des fronts que notre glorieux Empire avance encore.

Par exemple la révolte Teuts qui s’étiole lentement sous la force de nos légions et qui ne doit sa survie qu’à l’écrin de pierre que forment les montagnes autour de son ultime retranchement. Ou même l'imprenable Mont-Mort sur lequel trône Kadevra, l'insolente capitale de la Couronne Grise. Narguant nos troupes de ses hautes murailles jadis bâties par les nains, ce bijou de débauche refuse encore d’entendre la raison du Cristal.

Bien sûr, on me rétorquera que les stratégies de guérilla sont moins affriolantes que les conflits éclairs comme la libération d’Harapan ou la purification de la majeure partie du continent lors duquel nos légions ont mené une guerre sans faute pour sauver les peuples encore abusés par les anciens dieux.

Cette guerre des faux-dieux qui touche à sa fin ne se joue plus qu’à quelques incursions éclairs qui achèveront ceux que les blocus ont affamés. Le reste du continent se tient sagement à l’ombre du Prophète. Bientôt même les Malkoves accepteront l’idée que les traditions de leur bétail humain sont dépassées et à part le point noir que représente Kadevra sur la carte, le continent aura été totalement pacifié par la sagesse du philosophisme du Prophète de Cristal.